Forger le métal: technique de bijouterie joaillerie

Dans mon précédent article sur les techniques de bijouterie que j'utilise à l'atelier, je vous parlais de la sculpture de la cire. Ici, il s'agit d'une autre technique, celle de la forge. C'est celle que j'emploie le plus fréquemment dans mes créations. 

Cela signifie que je débute la fabrication avec de la matière, en l'occurence, des plaques, nommées planés et fils de métal, le plus souvent, en argent 950/1000 dans mon cas. Ces éléments sont "plats".
Je vais en premier lieu déterminer l'épaisseur du métal à utiliser et effectuer un tracé sur celui-ci. Dans un second temps, je fais les découpes nécessaires avec une scie bocfil. Parfois, en perçant le métal. Si nécessaire pour le bijou, je réalise un travail de texturage, en martelant, ciselant le métal. Une fois que les éléments constituants le bijou sont découpés, je les mets en forme. Pour ce faire, j'utilise une enclume, un tas et autres outils en tapant sur le métal sur le support choisi, avec un maillet afin de lui donner la forme souhaitée. Une fois le volume souhaité obtenu, je réalise les soudures avec la brasure et le chalumeau. Il faut après chaque brasure effectuer un déroché qui consiste à mettre le métal dans un bain d'acide dilué permettant d'ôter tous résidus de produits de soudure tel que le collobore par exemple. Une fois cette étape terminée, il faut limer, émeriser le métal puis le polir. Ces étapes sont importantes car elles permettent d'obtenir un aspect brillant (ou une autre finition), doux et confortable.  
Si il y a un ou plusieurs sertis de pierres à faire, ceux-ci seront effectués dans les dernières étapes afin de ne pas risquer d'endommager les minéraux. 
Dans le cas de mes créations, j'utilise de manière récurrente cette technique, cela nécessite par conséquent du temps pour réaliser chacune des étapes mais l'intérêt est d'obtenir un bijou avec un savoir faire ancestral et totalement unique. Chaque bijou est également pensé et réalisé en pièce unique.
Les étapes que j'affectionne particulièrement sont celles du martelage, ciselage dans lequel le rapport au toucher du métal est singulier. Souder le métal est également un moment fort à l'atelier dans lequel je perçois une certaine alchimie dans cet art qu'est la bijouterie. Et sertir le minéral est l'étape où tout prend sens, le bijou devient complet et l'éclat de la pierre vient répondre à celui du métal dans une sorte de jolie mélodie. 

Vous l'aurez compris, créer en forgeant le métal est une expérience sans cesse renouvelée, accompagnée d'échecs, découvertes et de réussites mais au combien passionnante. 

Afin d'illuster mon propos, voici quelques photos d'étapes de confection d'une bague réalisée sur commande. 

 

130751855_225353615668985_3727887691430441115_n

Plané ou plaque d'argent 950/1000. Lorsque je l'achète auprès du fondeur en métaux précieux, les plaques sont recouvertes d'un film autocollant protecteur, c'est ce que vous voyez en bleu. Là, le tracé est réalisé avant de faire les découpes. 

130931735_229551755351804_2559016071354955099_n

Les découpes à la bocfil ont été faites. 

130928070_3731240176933231_1082819068994726075_n

L'élément découpé a été martelé, d'autres éléments ont également été découpés et martelés. Le martelage permet d'obtenir ces effets de matière. 

1 (10)

Les éléments ont été mis en forme avec l'enclume et le maillet puis soudé afin d'obtenir la forme du corps de bague. À ce stade, j'effectue un premier travail de limage afin de dégrossir le volume du corps de bague et le rendre plus esthétique et confortable. 

1 (11)

Voici la pierre choisie par ma cliente, une somptueuse pézzottaïte, pierre rare, ici elle est taillée en cabochon. Je réalise un sertis clos pour le minéral que je vais ensuite souder au corps de bague. 

1 (12)

À présent que le sertis est en place, je fais une découpe dans le corps de bague et retravaille le sertis clos afin qu'il puisse par la suite accueillir la pierre. Je fais les étapes de limage, émerisage et polissage du bijou. 

1 (32)

C'est l'étape du sertissage de la pierre. Dans le cas de ce sertis clos, je repousse le métal autour de la pierre afin qu'elle soit maintenue. Cela se fait avec une masse à sertir et un brunissoir. 

1 (44)_Fotor

La bague est terminée. Généralement, je refais un petit passage de polissage afin d'obtenir un bel aspect du métal. 

1 (42)_Fotor

Vous voulez voir davantage de photographies de ce bijou réalisé sur mesure, je vous invite à cliquer sur le lien suivant: 
https://www.petaledargent.com/commande-sur-mesure/bague-personnalisee-fabienne.html

N'hésitez pas à laisser un commentaire. En souhaitant que cet article vous aura intéressé. Belle journée à tous! 

Partager sur les réseaux sociaux

Commentaires (2)

Léna

Très intéressant je pense mon article préféré. C'est complexe mais très bien écrit telle une poésie. On sent au travers de tes mots la passion et la méticulosité avec laquelle tu exécute ton art !
Bravo Nathalie continu à nous faire rêver !!

Nathalie

Nathalie

Merci de ton commentaire Léna. Heureuse qu'il t'ait plu.

Poster un commentaire

Paiement sécurisé
Commandez en toute sécurité
Livraison rapide

Expédition & Livraison rapide

Service client
À vos côtés 7j / 7 !
Satisfait ou remboursé
14 jours pour changer d'avis

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

J'ai déjà un compte,